Le coach déblogue !

Le coach dans tous ses états ...

02 octobre 2008

Gentil sauveteur (épisode 2) ou salope de vieille (épisode 1) !

L'épisode 1 de "Gentil sauveteur" c'était ici .

La scène se passe hier soir à 22h. Je viens juste de faire 3 heures d'animation d'un groupe de travail et je m'apprête à rentrer à la casa pour manger ma soupe et regarder l'enregistrement de Grey's anatomy que j'avais loupé lundi.

Je rentre à pied jusqu'à Denfert Rochereau ? En vélib ? en métro depuis Alésia ? J'opte pour la marche à pied, je veux profiter des quelques jours encore où la température est supérieure à 10° à Paris. Je marche le coeur léger pendant 20 mètres et je me fais interpeller par une très vieille dame assise sur un banc, genre 100 ans.


mamie

- Bonjour monsieur !

- Euh ... bonsoir madame  ...

- Pouvez-vous me rendre un service je vous prie ?

- Euh ... et bien cela dépend du service que vous me demandez madame (ha ha! je suis devenu prudent avec l'âge)

- Et bien je  dois rentrer  chez moi et  j'ai du mal à marcher. Pouvez-vous m'aider  en me donnant le bras ?

- Et bien soit madame, je vais vous aidez, prenez mon bras je vous prie. (Je vais pas laisser une vieille dans le froid à Paris à 22 heures tout de même)

Je vous épargne le nombre de fois où j'ai du lui fais répéter ce qu'elle dit parce qu'elle chuchotte plus qu'elle ne parle, et je passe aussi sur le fait que j'ai moi-même hurlé plus que je n'ai parlé pour qu'elle m'entende.

Je la lève du banc et nous commençons notre marche sur le trottoir. Elle balance son pied gauche en s'appuyant sur mon bras, le pied bouge de 2,5 cm et, 5 secondes après, le pied droit bouge à son tour de 2,5 cm également. Puis le même balancement se reproduira 2000 fois pendant le trajet.

Autant vous le dire tout de suite cet épisode de raccompagnage de vieille salope aura duré  jusqu'à 23h, c'est à dire une heure en tout , pendant laquelle  nous aurons parcouru  50 mètres (ceci est absolument véridique). Nous aurons donc atteint la prodigieuse vitesse moyenne de 0,05 km / heure !

Au début (jusqu'à 22h15) je me dis "elle est un peu engourdie, elle va marcher plus vite maintenant ..."

En fait c'est le contraire qui se passe, la vitesse maximum c'est plutôt au début de la scène, les choses iront en se ralentissant au fur et à mesure jusqu'à l'arrêt total, immobilisée totalement sur le trottoir, accrochée à mon bras, vers 23h donc.

Au début je fais des efforts pour prendre cela à la rigolade ou en faisant de la philosophie à 2 balles : "c'est un bon exercice zen de prendre ce temps infini pour marcher ...", "j'étais pressé de rentrer chez moi et voilà une occasion de prendre le temps ...", "j'ai beaucoup de chance moi à pouvoir marcher sans difficulté, et cette vieille est là pour me monter à quel point ma bonne santé est essentielle ..."

Et en même temps que je philosophe_à_2_balles, je flippe pas mal aussi. D'abord je remarque qu'elle sent fort le rouge ordinaire mal digéré et je me demande si elle habite aussi près que ce qu''elle m'a laissé croire au début.

- Vous habitez bien dans cette rue-ci madame ?
- ha ha ! et bien on verra bien si on s'est trompés monsieur ! (véridique)

Puis je croise le regard de passants compatissants et je comprends que je suis tombé dans un piège dans lequel d'autres sont tombés avant moi. Ce qui m'est confirmé d'ailleurs par une gentille dame qui me dit que la vieille salope qui est accrochée à mon bras a encore fait le coup du raccompagnage à quelqu'un la semaine dernière. J'en profite pour lui demander si à sa connaissance la vieille habite encore loin mais elle ne sait pas me répondre et continue son chemin en me laissant dans ma mouise. J'aurais fait la même chose à sa place ... Je suis tout de même un peu rassuré parce que je comprends que je suis dans la bonne rue, ce qui vu ma situation, n'est pas si mal.

Je flippe aussi parce que je me dis que si jamais la vieille se casse la gueule, je vais passer un sale quart d'heure. Et tous les 2,5 cm je regarde où je pourrais l'assoir ou l'allonger si ses jambes lachent pour de bon. A cette vitesse-là, inutile de dire que je connais à fond maintenant la géographie de la rue du 14éme arrondissement où nous nous trouvons la vieille salope et moi-même : Villa Coeur de Rey ...

D'ailleurs je réalise maintenant que le nom de la rue où se passe cette scène c'est assez comique tout de même. Coeur de Rey ? Coeur de raie plutôt ouais ! Elle  ira se le foutre au derche la vieille son raccompagnage la prochaine fois.

23 heures : la vieille s'arrête net. C'est à dire en fait que plus rien ne bouge depuis 5 minutes. Puis elle commence à crier et à m'engueuler :

- ha ha ! retenez-moi !  vous ne me tenez pas bien, je vais tomber !

Effectivement elle commence à pencher dangeureusement en arrière en dépit de mes efforts et là, je suis pris d'un grand moment d'intelligence, ce qui ne s'était pas produit depuis une heure...
Je la choppe sous les bras et je l'assois vigoureusement sur une sorte de plot en béton qui se trouvait là à quelques mètres et que j'avais repéré depuis un moment déjà.

- Mais qu'est-ce que vous faites ? Au secours ! Ha ! mon sac ! (son sac est tombé dans le sauvetage de la chute)

- Le voilà votre sac madame, restez assise, je vais appeler de l'aide

- Mais non, au secours, vous me faites mal ! A l'aide ! (j'essaye de la tenir délicatement, toute assise qu'elle est, pour qu'elle ne se casse pas la gueule de son plot)

Je la tiens d'un bras, fixée sur son plot, pendant qu'elle essaye de s'accrocher à moi pour se relever et moi je suis tellement déterminé à ce qu'elle reste là, que je pense que je suis prêt à utiliser la force pour qu'elle ne bouge plus de tout (ce que je n'aurais pas à faire finalement).

Pendant qu'elle continue de gueuler je sors ze mobile phone avec mon bras libre et hop dial 17 : allo la police ?

- Ha non monsieur, votre demande n'est pas du domaine d'intervention de la police, appelez les pompiers mais dites-leur que la personne est blessée sinon ils ne se déplaceront pas ...

OK ... S'il faut que je la blesse moi-même pour que les pompiers la prennent en charge pas de problème ... Où j'ai mis mon couteau Suisse ?

- Allo les pompiers ? Alors voilà ... vieille dame ... 2 Villa Coeur de Rey ...je crois qu'elle est blessée mais je ne suis pas sur (pas mal non ?)

Exactement 3 minutes après les pompiers débarquent toutes sirènes hurlantes. Pendant ce temps je fais à la fois en sorte que la vieille salope puisse rester en équilibre sur son plot de béton tout en évitant qu'elle m'accroche pour se relever. La moitié du temps elle crie au secours, l'autre moitié elle me supplie de la raccompagner chez elle.

Les pompiers prennent la vieille en charge et me voilà rendu seul à la rue à la vitesse de marche de 5 km/h ! Enfin je suis pas mal déboussolé tout de même. Je marche un peu sans but pendant une demi-heure en me disant que finalement je me sors plutôt très bien d'un épidode qui aurait pu tourner vinaigre.

Et aujourd'hui, il y  a un putain de plot en béton Villa Coeur de Rey que j'aime déjà beaucoup plus que n'importe quel monument Parisien.

magis_plot

Et enfin sur la moralité de cette histoire je sais pas encore... Sinon que c'est pas parce qu'on est vieille et qu'on parle gentiment avec des "Monsieur" des "s'il vous plait" et des "merci infiniment" qu'on est pas une vieille salope pour autant !


   



Posté par coachola à 18:45 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    J'adore. Quelle gentillesse, quelle imagination (elle va accélérer)! Et le coup des pompiers, pas mal pour ne pas rentrer seul!

    Posté par Ma Fenêtre, 03 octobre 2008 à 09:36
  • souviens toi de...

    ...Tatie Danielle...souviens-toi !

    C'est bien raconté ton truc..limite ça fait peur ! Ce soir je ferai des cauchemars à 0,05km/h...des cauchemars zen en somme !
    Je te dis merci ou pas ?

    Posté par sardine, 03 octobre 2008 à 19:21
  • souviens toi de...

    ...Tatie Danielle...souviens-toi !

    C'est bien raconté ton truc..limite ça fait peur ! Ce soir je ferai des cauchemars à 0,05km/h...des cauchemars zen en somme !
    Je te dis merci ou pas ?

    Posté par sardine, 03 octobre 2008 à 20:16
  • Je suis un peu choquée par le terme "vieille salope" que tu emploies quand tu parles de cette vieille dame, sans doute seule, pas bien en point et qui use (abuse ?) peut-être de la gentillesse de gens...

    Posté par Dam_Dom, 04 octobre 2008 à 13:15
  • La tronche de la grand mère trouvée sur mortderire.com m'éclate.

    Posté par Kenders, 13 octobre 2008 à 14:57
  • Hihihi

    J'ai bien ri, cher Coachola... et j'en avais bien besoin ce soir, ou plutôt cette nuit, entre deux rabotages de plan de travail (sans jeu de mot).

    Tout y est le style, l'unité - de lieu, de temps, de thème - la chute (ou presque !), les progressions de style à la Buzzati - on passe de "Madame" à "Vieille salope"... Excellent !!!

    Posté par Yves, 17 novembre 2008 à 01:24
  • Excellent ! Si tu avais été égoiste et mal poli on n'aurait pas autant rigolé ! T'as fait ta BA du mois, (ou du semestre) ! C'est dit, quand on sera vieux on restera picoler à la maison !!

    Posté par Didine, 04 mai 2010 à 11:01

Poster un commentaire